Gestion

Entreprise en difficulté

Sortir la tete hors de l eau_freely-10055

Avant le crash, évitez la politique de l’autruche et saisissez les opportunités de redressement de votre activité.

Mais quelles sont-elles ? De quelle manière un expert-comptable peut vous y aider ?

Certains répondent difficilement a la question « qu’est-il plus dangereux une entreprise en perte ou celle qui n’a plus de trésorerie ? « .

Rien ne remplace un conseil éclairé et cette page ne prétend pas s’y substituer, voici néanmoins quelques pistes ;

1. Le médiateur du crédit aux entreprises joue un rôle concret, gratuit et pragmatique entre l’entrepreneur et son banquier dans une situation de blocage ;

2. La procédure en réorganisation judiciaire

En très synthétique c’est organiser un réaménagement de vos dettes en allégeant celles-ci de manière bien souvent substantielle

De plus, fiscalement les remises de dettes peuvent être exonérées.

3. L’analyse par un expert de la rentabilité de votre activité. Vos produits ou services répondent-ils encore aux besoins du marché ?

4. Cession ou arrêt de votre activité

5. Recherche d’un partenaire

Au-delà des aspects lies au cash et ses conséquences d’autres événements néfastes peuvent affecter l’entrepreneur

– ne pas être impliqué dans la gestion et les données financières

– perte de personnes clés

– défaillance clients ou partenaires fournisseurs

– litige interne ou externe

– négligence dans la couverture des risques par une assurance

– détournement ou vol d’informations préjudiciables

– changement législatif

– risque fiscal ou social

La méconnaissance de ces obligations ou une prise de risque inconsidéré sont de nature à sérieusement compromettre votre activité en raison des amendes confiscatoires.

Il est donc essentiel de renforcer ses faiblesses pour diminuer sa vulnérabilité, évidemment  c’est plus facile à dire qu’à faire.

Tout le monde ne dispose pas du même facteur chance, ne faites donc pas l’économie d’un conseil c’est un investissement pour votre futur.

Selon Graydon 38 % des jeunes entreprises connaissent un sinistre endéans les 5 premières années d’existence.  Les startups ne sont pas les seules exposées aux risques de défaillances néanmoins avec des taux plus importants.

Chaque entrepreneur connaîtra durant son parcours ce type de difficulté de manière plus ou moins aiguë.

Thomas DRAGUET
+32 475 748 279
www.anticiper.eu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s